mercredi 28 février 2018

Ma vie de monstre



Couverture Ma vie de monstre


Auteur : Anne Pouget
Éditeur : Scrineo
Parution : 1 mars 2018
Pages : 208
Prix : 10.90 €
Genre : Jeunesse, Historique
Public : à partir de 13 ans







Synopsis



Vous connaissez le conte de La Belle et la Bête ! Mais savez-vous qu’il s’agit là d’une histoire vraie ?

Catherine (la Belle) et Pierre (la Bête) vivent à la Cour de France, sous le règne de Catherine de Médicis.
L’une de leurs filles, Tognina, a hérité de son père un corps couvert de poils qui en fait, aux yeux de ses contemporains, au mieux une curiosité, au pire un monstre de foire exhibé dans toutes les Cours d’Europe.
Comment échapper à ce destin ? Comment vivre ses rêves d’amour et d’aventure, quand on est une vraie jeune fille ? Aura-t-elle seulement le droit de tomber amoureuse ? Et pourquoi pas d’être aimée ?

L’histoire unique d’une jeune fille luttant pour que sa différence ne soit pas une malédiction.


Mon avis




Je tiens à remercier les Éditions Scrineo pour cet envoi.
Comme pour 1791 : Une princesse en fuite de Gwenaële Barussaud paru l'année dernière, les Éditions Scrineo éditent un petit épisode de notre Histoire plus ou moins romancée. 


Ici, nous nous penchons sur l'histoire de Tognina qui vivait à la cour de France auprès de Catherine de Médicis. Elle et sa famille sont des bêtes de foire que l'on exhibe pour impressionner ses invités : Tognina est recouverte de poils, des pieds à la tête et la jeune fille voudrait tellement être normale et vivre son amour comme toutes les jeunes filles de son âge.
La vie semble douce tout de même auprès de la reine mère, mais quand celle-ci décède, la vie de Tognina bascule...


Cette histoire est tirée de faits réels, Tognina a vraiment existé et l'on peut voir son portrait au Château de Blois. Comme pour Une princesse en fuite, nous suivons un épisode de la vie de Tognina, on ne connaît pas son enfance ni comment sa vie se finit, mais nous découvrons un événement majeur dans sa vie qui la rend plus forte et plus confiante en elle.



J'ai bien apprécié ce court récit, on y découvre une jeune fille, fragile et meurtrie par son apparence. Bien qu'éduquée et cultivée, la jeune fille n'est considérée que comme un singe, une guenon, par les autres personnes.
Elle se questionne beaucoup sur son avenir et la possibilité de trouver l'amour comme ses parents. Car la particularité de ses parents est qu'ils ont inspiré le conte La Belle et La Bête. En effet le père de Tognina, Petrus (Pierre) Gonsalvus, a transmis sa maladie à ses enfants et est donc lui aussi recouvert de poils et a épousé une superbe femme de la cour.

A côté de l'histoire de l'héroïne, nous effleurons les événements entre Henri III et le duc de Guise, la persécution des protestants mais aussi des personnages illustres... Éléments historiques très intéressants même si on ne s'y penche pas assez à mon goût mais ce n'est pas le sujet du roman.
Bien que certains éléments et personnages ont été inventés par l'autrice, l'histoire suit bien les éléments que l'on connaît sur la vie de Tognina. Et à la fin du roman on a une petite biographie de toutes les personnes que l'on croise dans notre lecture.


En bref, une lecture agréable avec des précisions historiques intéressantes qui enrichissent le récit. Tognina est vraiment un personnage attachant et son histoire est touchante.

1 commentaire:

  1. Ca a été une petite déception pour ma part. J'aurais voulu un peu plus de détails sur Tognina, j'aurais aimé que l'autrice imagine une fin autre que celle ouverte dans le livre. Maintenant que tu le dis, j'aurais aimé en apprendre un peu plus sur les événements entre Henri III et le duc de Guise aussi.

    RépondreSupprimer