samedi 10 décembre 2016

Les mystères de Larispem, tome 1 : Le sang jamais n'oublie

Couverture Les mystères de Larispem, tome 1 : Le sang jamais n'oublie



Auteur : Lucie Pierrat-Pajot
Éditeur : Gallimard 
Parution : 8 avril 2016
Pages : 272
Prix : 16.00 €
Genre : Jeunesse, Steampunk
Public : à partir de 13 ans





Synopsis




Larispem 1899 - Dans cette Cité-Etat indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent…? Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville. 
Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?





Mon avis





Gagnant de la seconde édition du Concours premier roman jeunesse organisé par Gallimard, Télérama et RTL, ce livre m'intriguait énormément et puisque l'auteure était au salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil cette année, je me suis vite dépêchée de le lire. Un véritable coup de cœur pour ce roman ! 

Déjà prenons un temps pour admirer cette sublime couverture ! Ça ne se voit pas sur l'image mais tout le doré est en surbrillance ! Magnifique ! Y a du travail quand même, et chaque chapitre est accompagné d'une illustration. C'est pas beau, ça ! 




Notre histoire commence à la fin du 19ème siècle, dans une France très semblable à celle que l'on a pu connaître à un détail près ! En 1871, la France a connu un épisode sanglant, une bataille entre les "communards" et les "versaillais" (pour plus d'infos, allez voir votre prof d'histoire !). Dans ce roman, la Commune a gagné. 
Paris devient alors indépendante de la France et prend le nom de Larispem (argot de bouchers), une cité-état où l'on prône l'égalité entre tous. Désormais, ce sont les bouchers, ceux qui nourrissent le peuple, qui dominent Larispem. Mais les anciens nobles rêvent de prendre leur revanche et de reprendre la ville. Nous suivons 3 jeunes gens, différents dans leur caractère, qui vont se retrouver malgré eux impliqués de différentes façons dans le cœur de ce complot aristocratique. 




Je dois déjà dire que j'adore les histoires uchroniques, j'aime les réécritures de l'Histoire où un seul élément changé, modifie tout un mode de fonctionnement. Rajouter à ça une des périodes que j'aime le plus, La Belle Epoque, celle des inventions, celle de la modernité... Saupoudré d'un peu de style Steampunk et hop ! vous avez un de mes coups de cœur en main ! 

Et c'est bien le cas avec les mystères de Larispem, j'ai adoré ma lecture, je suis tombée amoureuse de cette ambiance. L'auteure a intégré le fabuleux Jules Verne dans son histoire et se sert de ses idées pour faire vivre Larispem. Entre automates, zeppelins, tour de verre et d'acier, j'étais aux anges. Le roman foisonne de petits détails comme ça qui donnent du poids et du réalisme à l'histoire et c'est vraiment appréciable. 



J'en oublierais presque l'histoire et les personnages avec tout ça ! L'intrigue est très bien ficelée, l'auteure prend vraiment son temps pour nous présenter son monde et ses personnages. Ce n'est que dans les derniers chapitres que tout s'accélère et que l'on prend vraiment conscience de l'ampleur de l'aventure qui attend nos héros. Je me suis dit "Wow ! le tome 2, qu'est ce que ça va être!". 
Alors certaines ou certains pourraient trouver qu'il n'y a pas assez d'action ou qu'elle arrive un peu tard dans l'histoire mais pour moi, Lucie a posé les bases, des bases solides qui vont nous permettre d'apprécier encore plus la suite ! 


Point originalité du récit, le choix de mettre en avant les bouchers comme étant la caste dominante de la ville. J'ai trouvé ça inattendu et tellement plaisant de découvrir leur argot (qui existe réellement), je me suis amusée à parler comme eux (exercice assez laborieux pour moi, je dois dire). 




Pour les personnages, nous avons Liberté, une mécanicienne spécialisée dans l'horlogerie des automates, Carmine, une apprentie bouchère (ou Louchébem) et Nathanaël, un orphelin au destin incertain. Ce sont nos trois héros mais je dois dire que j'ai une préférence pour Liberté. Même si le destin des deux autres m'importe, c'est celui de Liberté que j'attends le plus de découvrir. 
Elle est travailleuse, honnête, un peu naïve et au fur et à mesure de la lecture, on sent qu'il va lui arriver pas mal de choses dans l'avenir. 

A l'opposé, Carmine est audacieuse, parfois violente, loyale et courageuse. Elle protège Liberté au maximum mais n'hésite pas à l'emmener à l'aventure au mépris du danger. J'ai beaucoup apprécié leur amitié, je les trouve complémentaires toutes les deux. 

C'est avec Nathanaël que j'ai eu le plus de mal. Je n'arrivais pas vraiment à le cerner. C'est sans doute dû au fait qu'il est perdu lui-même, il ne sait pas quel métier il fera, qui il est.... Je le trouvais un peu mollasson, il se révèle un peu vers la fin mais j'attends de voir son évolution dans le prochain tome. 

Ces trois héros sont vraiment différents, Lucie Pierrat-Pajot a su insuffler à chacun, ainsi qu'aux personnages secondaires, de vrais personnalités fortes, rayonnantes où chacun à son histoire, son passé et où les événements du récit les affectent à différents degrés. 




En bref, vous l'aurez compris, j'ai vraiment bien accroché avec cette histoire, Gallimard a encore frappé fort avec son concours. Une histoire originale, un monde foisonnant de détails des personnages hauts en couleurs. Vivement la suite ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire