lundi 9 janvier 2017

Pardon

Couverture Pardon



Auteur : Erika Boyer
Éditeur : Autoédité
Parution : 8 novembre 2016
Pages : 208
Prix : /
Genre : Romance, Contemporain
Public : Adulte





Synopsis




Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel, que deux âmes ont simplement eu la malchance de ne pas naître dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?


Will ne prendra pas le risque, il préférera partir à 600 km de sa sœur plutôt que de potentiellement l’entraîner dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du cœur » est une réalité ou bien un proverbe menteur, et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux.



« Je ne veux pas tourner la page. J’aime ce livre dont nous sommes les héros. »





Mon avis




Je tiens d'abords à remercier Livraddict et bien sûr l'auteure : Erika Boyer, pour m'avoir permis de lire ce roman. 

Voilà un roman qui m'a beaucoup intriguée de par son sujet inhabituel et surtout tabou, à savoir l'inceste entre un frère et une sœur. Il est vrai que le sujet est peu représenté en littérature (si je me trompe, dites-le-moi), à part au Japon où l'inceste entre demi-frère et demi-sœur (sans lien de sang) est beaucoup présent. 

C'est donc avec une grande curiosité que je me lançais dans la lecture de Pardon. Déjà premier point que l'auteure soulève en préambule, l'inceste n'est pas illégal au yeux de la loi, chose que je ne savais pas, c'est juste moralement réprouvé. Déjà, je me coucherai moins bête. 
Première chose que je souhaite signaler, je ne prône absolument pas l'inceste, je dis juste que c'est une réalité et qu'au lieu de la rejeter en bloc directement, il serait bon d'en apprendre plus pour pouvoir s'en faire un avis. 


Nous suivons Will qui débute tout juste sa vie étudiante à Bordeaux, ville très éloignée de sa Bretagne natale où il ne veut pas remettre les pieds. Car Will fuit quelque chose ou plutôt quelqu'un.... Depuis des années maintenant, Will nourrit pour sa jeune sœur, un amour anormal, un amour tabou et non conforme. Torturé par cet amour à sens unique qui le tue à petit feu, il décide de s'éloigner pour ne pas entacher sa petite sœur de ses sentiments qu'il considère pervers et impurs. 
Commence alors pour le jeune homme, une nouvelle vie avec de nouveaux amis, une nouvelle famille d'adoption, mais dans le coin de sa tête restent toujours ancrés le visage de Sarah, sa voix, son rire.... 


Très belle découverte que ce roman qui sort des sentiers battus. Je ne pensais pas au début de ma lecture, être autant prise dans l'histoire. J'ai trouvé qu'Erika abordait de façon juste et neutre l'amour tabou d'un frère pour sa sœur. Ici point de jugement ni d'apologie, elle nous présente juste une histoire d'amour belle et pure entre deux êtres qui n'ont pas forcément choisi de tomber amoureux l'un de l'autre mais qui, malgré tout, ne peuvent vivre l'un sans l'autre. 
A certain moment, j'en oubliais même leur lien de parenté, ça passe parfois au second plan, tant l'amour est fort. 


Voir le point de vue de Will nous permet de mieux comprendre l'état d'esprit de ce personnage torturé par ses propres sentiments, qu'il juge inhumains. Il n'est pas pervers, ni dérangé dans sa tête : non c'est juste un jeune homme normal, sympathique, intelligent, qui est tombé amoureux de la mauvaise personne. 
Grâce aux flashbacks, souvenirs de leur enfance, on comprend mieux comment sont apparus les sentiments amoureux de Will. 
Il m'a beaucoup touchée, on le sent vrai, honnête, bienveillant mais énormément torturé. Pour ne pas détruire son lien de parenté, sa famille, il décide de partir loin. Pour lui, c'est la seule solution. Mais malgré sa nouvelle vie et les gens qu'il rencontre, il se rend compte qu'il ne vit qu'une demi-vie sans Sarah. Et il ne sait pas comment survivre au manque qui grandit chaque jour en lui. 


Bien sûr, le personnage de Sarah fera son entrée dans le roman, je l'ai trouvé plus téméraire, moins touchée du regard et du jugement des gens comme peut l'être son frère. Tout de suite, elle m'a paru sympathique, elle est douce, pleine de vie, intentionnée. 


A côté de nos deux héros, évoluent plusieurs personnages qui symbolisent à la fois l'acceptation ou du moins la compréhension, et le rejet total face à cette situation
Ici les personnages secondaires comme les principaux ne sont pas clichés, ils sont décrits de façon juste, sans chichis ou extravagances. 
Spécial coup de cœur pour David, le meilleur ami de Will que j'ai juste trouvé... j'ai pas les mots, idéal ! Son histoire, son caractère font de lui le personnage que je préfère. 


Petit bémol à mon goût, c'est le personnage de la mère de Will et Sarah que j'ai trouvé trop effacée pour moi, je m'attendais à une confrontation d'anthologie, quelque chose de percutant avec un débat poignant. Mais ce n'est pas le cas, tant pis, cela ne dévalorise pas l'histoire. 



En bref, une magnifique histoire d'amour entre un frère et une sœur. Sans jugement Erika nous apporte une version juste et sans psychodrame d'un sujet encore tabou à notre époque et qui je pense le restera encore longtemps car peu abordé. 
Ce fut une belle lecture pour moi ainsi qu'une belle découverte, je félicite l'auteure pour son courage d'aborder un tel sujet (premier roman quand même) et pour sa plume que j'ai trouvé très sensible et juste. 


1 commentaire:

  1. Un énorme merci pour cette chronique. C'est un réel plaisir de lire ton avis en détail et de voir ce que tu as apprécié ou un peu moins aimé. (Tu n'es pas la seule à avoir été ennuyée par l'absence de réaction de la mère. Je pense que j'aurais dû plus m'attarder sur ce personnage et mieux faire comprendre mon idée. Du coup je comprends parfaitement ce bémol ^^)
    Je suis très touchée par tes mots et je te remercie sincèrement d'avoir pris le temps de lire mon premier roman et de l'avoir si bien présenté !

    RépondreSupprimer