mercredi 28 septembre 2016

La racine carrée de l'été

Couverture La racine carrée de l'été


Auteur : Harriet Reuter Hapgood
Éditeur : Pocket Jeunesse
Parution : 1 septembre 2016
Pages : 331
Prix : 17.90 €
Genre : Jeunesse, Romance
Public : à partir de 13 ans




Synopsis




Gottie H. Oppenheimer, génie des maths, perd du temps. Littéralement. Lors d'étranges absences, le présent disparaît, et Gottie est projetée dans son passé.
La voici, l'été dernier. Quand Grey, son grand-père adoré, est mort, quand elle est tombée amoureuse de Jason... Ou encore il y a cinq ans, quand son ami d'enfance Thomas a déménagé et l'a laissée avec une cicatrice sur la main et un trou noir dans la mémoire.
Aujourd'hui, dans la petite ville anglaise où Gottie a grandi, Grey reste absent, mais Thomas est de retour. Le passé de Gottie, son présent et son avenir sont sur le point d'entrer en collision... et le cœur de quelqu'un va bientôt se briser.




Mon avis





Grâce à un concours organisé par Pocket Jeunesse, j’ai eu la chance de gagner La racine carrée de l’été. J’avoue avoir été super heureuse parce qu’il me faisait de l’œil depuis un moment. Je trouve la couverture très belle, similaire à la couverture anglaise mais avec quelques touches de rose par-ci par-là, qui donnent du peps à l’image. 


Ici, l’héroïne s’appelle Margot ou Gottie le plus souvent, elle est passionnée par les sciences et les maths mais aussi complètement brisée par la mort de son grand-père. C’était son roc dans la vie et maintenant il n’est plus et elle doit faire face à son absence et au retour de son ami d’enfance Thomas, ami dont elle n’a pas eu de nouvelles depuis 5 ans… 
A côté de ça, Gottie a des absences : un coup, elle se trouve dans la chambre de son grand-père et d’un seul coup, elle se retrouve dans la cuisine avec son frère Ned… Cherchant à répondre scientifiquement à ses trous de mémoire, Gottie va peu à peu se remémorer son passé  pour enfin arriver à se retrouver. 



Bon, bien qu’ayant fait un Bac S, j’avoue que les maths, ce n’est pas mon fort, je ne trouve aucun plaisir à en faire et plus elles sont loin, mieux je me porte. J’ai donc été un peu déroutée par les explications scientifiques que Gottie nous fournit pour expliquer les trous noirs ou trous de ver. C’était légèrement trop compliqué pour moi, toutes ces formules et ces calculs. C’est donc en acquiesçant sans vraiment comprendre que j’ai pris les informations et j’ai continué ma lecture. Et je dois dire que malgré mes réticences, cela n’a pas gâché ma lecture pour autant
Mais c’est aussi l’originalité de ce livre, amener un côté scientifique aux sentiments et aux états d’âme. Cela peut être un point faible pour certains ou certaines mais ne vous inquiétez pas, ce n’est pas non plus un manuel de physique/chimie avancé. 


En plus du thème matheux et celui de l’amour parfois chaotique des adolescents, le thème de la mort et du deuil est aussi abordé. Comment peut-on faire face à la douleur d’avoir perdu un être cher ? Comment peut-on sortir du noir quand on est au fond du gouffre ? Toutes ces questions sont abordées et j’avoue avoir été émue par le personnage de Grey à travers les souvenirs de Gottie, c’était un sacré personnage et j’aurais aimé le connaître en vrai. 


Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Thomas, son caractère enjoué et libre. Je me suis moins attaché à Gottie, le personnage étant un peu perdu, il était difficile de voir sa vraie personnalité dans l’histoire. 
Pour moi le triangle amoureux annoncé dans le résumé était inexistant. Je n’irais pas dans les détails pour ne pas spoiler mais clairement il n’y avait pas de doute, ni d’ambiguïté dans les relations qu’entretient Gottie avec Jason et Thomas à mon avis. Du coup, on a une histoire d’amour touchante et pas entachée par un énième triangle amoureux vu et revu. 



En bref, une histoire originale sous fond de mathématiques et de voyages temporels où la redécouverte de soi se fait parfois par une redécouverte de son passé oublié. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire