dimanche 26 novembre 2017

Colorado train






Auteur : Thibault Vermot
Éditeur : Sarbacane
Collection : Exprim'
Parution : 6 septembre 2017
Pages : 362
Prix : 16.00 €
Genre : Jeunesse, Thriller
Public : à partir de 13 ans







Synopsis



Durango, 1949
La poussière rouge. Les sombres rocheuses. L'Amérique profonde, tout juste sortie de la Deuxième Guerre mondiale.
C'est dans ce monde-là que grandissent Michael et ses copains: le gros Donnie, les inséparables Durham et George, Suzy la sauvage.
Ensemble, ils partagent les jeux de l'enfance, les rêves, l'aventure des longs étés brûlants...
Jusqu'au jour où un gosse de la ville disparaît. Avant d'être retrouvé, quelques jours plus tard... à moitié dévoré.
Aussitôt, la bande décide d'enquêter.
Mais dans l'ombre, le tueur- la chose? - les regarde s'agiter.
Et bientôt, les prend en chasse...




Mon avis




En ce moment je lis beaucoup de Thriller, que ce soit destiné à la jeunesse ou aux adultes. Cette fois-ci je viens vous parler de Colorado train de Thibault Vermot. Les éditions Sarbacane estiment qu'il peut être lu à partir de 13 ans, je tiens à préciser que certaines scènes sont violentes et peuvent choquer les plus sensibles.



Nous sommes dans l’Amérique de l'après-guerre, dans la petite ville de Durango. C'est une petite ville tranquille où les enfants vivent leur vie et traînent dans les rues sans que cela inquiète leurs parents.
Nous sommes loin des grandes villes et les seules distractions qu'il y ait, se sont les trains de marchandises qui traversent les états.

C'est dans une atmosphère de poussière et de champs à perte de vue que vivent une bande d'amis, Michael et son petit frère C...., Durham, George, Don et Suzy. Entre grande aventure imaginaire et course poursuite pour échapper au caïd de la classe, ils vivent dans l'insouciance la plus totale.

Mais un jour, un de leur camarade disparaît. Tout de suite la bande s'imagine qu'il est entré dans un gang, qu'il a pris le train pour quitter l'état... mais quand on retrouve un bras avec des traces de morsures dessus, la plaisanterie tourne au drame.
Décidant d'enquêter pour s'occuper, la bande ne sait pas dans quoi elle se lance. Et si à trop fouiner, ils attiraient l'attention du tueur....



J'étais extrêmement emballée par cette lecture et je dois dire que je n'ai été aucunement déçue. Je voudrais parler d'abord de l'ambiance, l'histoire se passe fin de l'été, début septembre, et j'avais vraiment cette vision du coin paumé où l'on respire de la poussière à chaque respiration et avec une chaleur étouffante qui vous oblige à rester dans nos maisons. Et puis après avec l'hiver qui se met en place, tout semble comme figé. Tout le monde connaît tout le monde et les secrets ne font pas long feu dans une petite ville comme celle-ci.

Tout ceci donne une impression d'étouffement et d'isolement, le lecteur se sent coincé dans cette ville et la présence du tueur en devient encore plus angoissante, car on ne peut lui échapper.
La tension monte de plus en plus et à la fin ça devient insoutenable, il fallait que ça finisse, j'en pouvais plus de toute cette pression. Mon cœur battait à mille à l'heure.

Tout au long du roman, on retrouve des similitudes et des références à des romans comme Ça de Stephen King, la bande fait affreusement penser au club des ratés qui combattent Gripsou. Ici les enfants tous un peu paumés pensent chasser le Wendigo (un monstre du folklore américain), même s'il s'avère qu'il ne s'agit pas de cela, on ne peut s'empêcher de voir les clins d’œil : un groupe de garçons tous différents et une seule fille, leur amitié naît grâce à une bagarre, les réunions entre eux, les jeux avec trois fois rien, le côté un peu péquenot des gens....

Comme je le disais plus haut on a aussi des références au folklore américain, d'abord avec le Wendigo, un monstre qui se glisse derrière le fou et mange les mains des enfants. Mais aussi avec les Hobo, ces clochards qui voyagent de ville en ville par le biais des trains de marchandise.



J'ai vraiment bien aimé ce groupe de jeunes de 13-14 ans, ils sont si différents mais arrivent à s'entendre, chacun apportant une compétence spécifique. Ils sont soudés et nous offre une belle leçon d'amitié. J'ai été impressionnée par leur perspicacité, ils dénichent des indices que les adultes n'avaient pas vu (du coup on se pose la question de l'efficacité de la police dans cette affaire).

Parlons un peu de ce tueur qui rôde.... Mon dieu qu'il m'a foutu des frissons. Il incarne parfaitement cette folie maléfique, cette vague de chaos et de destruction qu'on ne peut arrêter. A chaque fois que le tueur prenait la parole j'étais horrifiée, c'est un monstre à l'état pur. L'auteur l'a magistralement bien construit. De plus comme on ne connaît pas son identité, le mystère devient insoutenable



En bref vous l'aurez compris j'ai été transportée par ce roman, j'ai du mal à m'en remettre, certains scènes sont vraiment fortes et il faut avoir le cœur bien accroché. J'ai été transportée par l'aventure que vit ces gamins, j'ai frissonné, j'ai tremblé pour eux, en bref j'ai adoré !!!





1 commentaire:

  1. Ce livre me tente bien... Et quelle chronique !
    Je vais le mettre dans ma liste de Noël. Merci !

    RépondreSupprimer