jeudi 13 octobre 2016

Jessie des ténèbres

Couverture Jessie des ténèbres



Auteur : Yann Rambaud
Éditeur : Hachette 
Parution : 31 août 2016
Pages : 304
Prix : 15.90 €
Genre : Jeunesse, Fantastique
Public : à partir de 13 ans




Synopsis



Jessie a quatorze ans. Jessie fait des cauchemars. Elle retourne toutes les nuits dans une maison plongée dans les ténèbres. Chaque pièce dissimule de terribles secrets, la clef de son intérieur, et chaque porte, chaque énigme, chaque épreuve traversée lui fait comprendre petit à petit le mystère de ses origines.

Le jour, elle vit d’autres cauchemars. Des cauchemars éveillés, cette fois, les mauvaises blagues et les railleries de ses camarades au collège, les questions qu’elle se pose depuis qu’elle sait que son père et sa mère ne sont pas ses parents biologiques. Qui était celle qui lui a donné la vie ? Pourquoi n’a-t-elle pas voulu de la petite Jessie ?

Heureusement, les ténèbres de Jessie sont trouées par d’éclatantes lumières. Il y a Alice, d’abord, cette jeune fille spontanée et rieuse qui l’entraîne chaque mercredi dans les plus absurdes dingueries, au cœur d’une forêt merveilleuse où les taupes rendent la vue et les grenouilles savent compter. Et puis il y a Gaspard, un garçon de sa classe qui la fascine et éveille en elle les premiers sentiments amoureux…




Mon avis





Je tiens d’abord à remercier les éditions Hachette et le site NetGalley pour m’avoir permis de lire ce roman. Yann Rambaud, vous le connaissez peut-être pour avoir écrit Gaspard des profondeurs, un roman que j’avoue n’avoir pas encore lu mais qui, en lisant Jessie des ténèbres, est apparu dans ma wishlist. Et bien Jessie des ténèbres est une sorte de suite à Gaspard des profondeurs mais pas vraiment… L’auteur l’explique à la fin du roman, en finissant Gaspard des profondeurs, il a voulu faire une suite, rester dans l’ambiance du livre mais il voulait que les romans puissent se lire séparément sans que cela gêne la compréhension de la lecture pour le public. 
Et bien il a réussi puisque j’ai lu Jessie des ténèbres sans savoir que le Gaspard du livre avait sa propre histoire à côté. 


Enfin bref, Jessie, 14 ans, est un peu mal dans sa peau. Elle est harcelée au collège et n’a pas d’amis. Il y a bien ce garçon, Gaspard, qui la regarde et lui sourit mais trop timide, Jessie n’ose pas l’approcher. Il n’y a que dans la forêt qu’elle se sente bien et c’est d’ailleurs là qu’elle rencontre Alice, une fille dynamique, pleine de malice, qui lui apporte un peu de lumière dans cette obscurité. A côté de ça, Jessie fait des cauchemars, elle se retrouve en pleine tempête devant une maison « qui grince » et cela semble si réel… Et si ce n’était pas un cauchemar comme les autres… 



J’ai lu pas mal d’avis mitigés sur ce roman notamment sur la lenteur du début d’histoire et franchement moi, je ne l’ai pas ressenti du tout comme ça. Pour moi, ça a apporté du suspense et de la tension à l’histoire. L’écriture de l’auteur est fluide et facile à lire, très accessible. 
J’ai beaucoup aimé les passages des cauchemars, les énigmes, les différentes épreuves… J’étais vraiment dedans, je voulais avoir la solution ! 
Les passages au collège de harcèlement sont très importants pour comprendre le mal-être constant dans lequel vit Jessie et noter le parallèle avec les cauchemars. Je n’en dis pas plus… 



Le personnage de Jessie est littéralement attachante, on compatit à ses malheurs et on souhaite de tout notre cœur que les choses s’améliorent pour elle. Elle est pleine de bonne volonté, elle ne veut pas blesser ses parents adoptifs, aimerait s’ouvrir aux autres même si sa grande timidité l’en empêche, mais elle se montre vraiment déterminée et courageuse dans ses cauchemars pour affronter la maison

Le personnage d’Alice est magique ! Elle est le rayon de soleil de l’histoire, elle est un peu folle, souriante, enthousiaste et apporte son aide à Jessie dès qu’elle le peut. Elle reste tout de même très mystérieuse et on se demande que fait une jeune fille seule dans les bois. 

Quand au personnage de Gaspard, son histoire est peu développée, sans doute pour ne pas trop en révéler par rapport au roman qui le concerne personnellement. Il est là pour défendre Jessie au collège, prenant ainsi le relais d’Alice. On sent qu’il veut l’aider à aller mieux et je trouve ça trop mignon



En bref, ce roman est rempli de mystères: la forêt qui semble appeler Jessie, les animaux « magiques », la maison qui grince, les énigmes... mais pas que, il aborde aussi la question du harcèlement scolaire et de l’acceptation de soi, certes pas  de manière aussi approfondie que dans d’autres romans mais tout de même. C’était une agréable lecture que je recommande fortement.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire